Carnets covid

ABDELLAH LAROUI

0 Review(s) 
Noter ce livre
  • Neuf

Carnets covid

ABDELLAH LAROUI

0 Review(s) 

Edition : CENTRE CULTUREL DU LIVRE

125 DH
5 1
,
5/ 5
<p>Je me suis toujours demandé : Mais que ressentaient</p> <p>Vraiment, sur leur lit de mort, des hommes hautement intelligents comme lbn Khaldun ou lbn Rushd ? Ils ne pouvaient pas, après ce qu’ils avaient vécu, observé, théorisé, en être restés à ce qu’on rapporte d'eux. ils ont dû penser autre chose, qu’ils n'ont pas voulu consigner pour ne pas désespérer les chaumières.</p> <p>Cette attitude, je la connais bien. Je me dis : De quel profit peut être une profession nihiliste ? En vue de quoi s’imposer un devoir de sincérité ? Nos grands penseurs n'ont pas été sincères, selon nos critères, n'ont pas eu ce genre de courage. L'eussent-ils été, qu'aurions-nous aujourd'hui sinon une littérature autre?</p> <p>(p.41)</p> <p></p> <p>Beaucoup se réfèrent ces derniers jours à ce que j'ai pu écrire:</p> <p>«Le Maroc est une ile » ou « La politique extérieure de l’Algérie indépendante est celle qu'aurait eu une Algérie franco-algérienne envisagée par les accords d'Evian. » C’est très bien, encore faut-il en tirer les conséquences qui ne sont pas toutes favorables à notre pays. Je ne me réjouissais pas de ce que j’écrivais, je le déplorais même, mais on ne peut pas être raisonnable pour deux. Spinoza disait bien qu'on peut décider seul de faire la guerre mais qu’il faut être deux pour faire la paix. (p.160)</p> <p></p> <p>L'Occident a colonisé, exploité, humilié les populations du monde. Il a pensé que c'était son devoir, sa mission. Il la dit et répété, il l’a théorisé. Maintenant il se présente comme sil n'y avait jamais même pensé. Il dit qu’il l'a fait presque malgré lui, qu’il le regrette, qu’il a assez payé pour son erreur, et que la page doit être tournée. C'est ce qu’il a décidé, et ne supporte pas qu’on dise le contraire... Que le colonialisme occidental, l’exploitation sous ses différentes formes, l'échange inégal, tout cela n'a jamais cessé. Que même les actions les plus charitables sont profitables à l’Occident. Que la décolonisation n'a été qu'une manière de se débarrasser d'une charge administrative devenue par son propre dynamisme trop onéreuse... (p.190)</p> <p></p>
Quantités
Achetez par whatsapp

productblock

Je me suis toujours demandé : Mais que ressentaient

Vraiment, sur leur lit de mort, des hommes hautement intelligents comme lbn Khaldun ou lbn Rushd ? Ils ne pouvaient pas, après ce qu’ils avaient vécu, observé, théorisé, en être restés à ce qu’on rapporte d'eux. ils ont dû penser autre chose, qu’ils n'ont pas voulu consigner pour ne pas désespérer les chaumières.

Cette attitude, je la connais bien. Je me dis : De quel profit peut être une profession nihiliste ? En vue de quoi s’imposer un devoir de sincérité ? Nos grands penseurs n'ont pas été sincères, selon nos critères, n'ont pas eu ce genre de courage. L'eussent-ils été, qu'aurions-nous aujourd'hui sinon une littérature autre?

(p.41)

Beaucoup se réfèrent ces derniers jours à ce que j'ai pu écrire:

«Le Maroc est une ile » ou « La politique extérieure de l’Algérie indépendante est celle qu'aurait eu une Algérie franco-algérienne envisagée par les accords d'Evian. » C’est très bien, encore faut-il en tirer les conséquences qui ne sont pas toutes favorables à notre pays. Je ne me réjouissais pas de ce que j’écrivais, je le déplorais même, mais on ne peut pas être raisonnable pour deux. Spinoza disait bien qu'on peut décider seul de faire la guerre mais qu’il faut être deux pour faire la paix. (p.160)

L'Occident a colonisé, exploité, humilié les populations du monde. Il a pensé que c'était son devoir, sa mission. Il la dit et répété, il l’a théorisé. Maintenant il se présente comme sil n'y avait jamais même pensé. Il dit qu’il l'a fait presque malgré lui, qu’il le regrette, qu’il a assez payé pour son erreur, et que la page doit être tournée. C'est ce qu’il a décidé, et ne supporte pas qu’on dise le contraire... Que le colonialisme occidental, l’exploitation sous ses différentes formes, l'échange inégal, tout cela n'a jamais cessé. Que même les actions les plus charitables sont profitables à l’Occident. Que la décolonisation n'a été qu'une manière de se débarrasser d'une charge administrative devenue par son propre dynamisme trop onéreuse... (p.190)

ISBN 9789920677653

Langue Français

Auteur ABDELLAH LAROUI

Edition CENTRE CULTUREL DU LIVRE

Date de publication 2022

Nombre de pages 235